top of page
Image de daniel james
Rechercher
  • Photo du rédacteurParis Collectif

7 mars 2024 - Salle St Hippolyte (13e). J’irai débattre près de chez vous ! n°4 : Aujourd’hui point de messe, l’heure est à la confession…citoyenne!






Après 3 premières rencontres “J’irai débattre près de chez vous” dans les 10ème, 20ème et 18ème arrondissements, Paris collectif a rejoint le jeudi 7 mars dernier les confins du 13ème arrondissement : la Porte de Choisy!

Une trentaine d’habitants sont venus à notre rencontre pour l’occasion à la salle St-Hippolyte, prêts à partager avec nous leur expérience de la ville et de leur quartier.

Les échanges ont encore une fois été très denses, enthousiastes et enrichissants !


  • Paris, la tête au carré! 

Les habitants se sont accordés à dire que Paris est une ville d’une richesse incontestable de par son esthétisme et la diversité des expériences urbaines auxquelles elle laisse place : “Paris est une ville éblouissante! Il suffit de changer de rue et on se retrouve dans un autre univers, où on peut soi-même redéfinir son identité. Pas comme en province où on a des comptes à rendre à la communauté”.


Cependant, Paris la belle est, selon les participants, en proie aujourd’hui à une “domestication  regrettable” et “rationalisation excessive” de ses espaces urbains : “ Les espaces de friche n’existent plus! Il n’y a plus de place pour l’errance, la balade, tous nos trajets sont encadrés par une signalisation à tous les coins de rue, que ce soit dans les transports en commun ou dans l’espace public”.


L’évocation de l’espace urbain a également été l’occasion d’aborder la question de la sécurité : “Au moins, Paris, c’est une ville plus safe que Salvador de Bailly ou New-York!” a déclaré une participante, tandis qu’à l’autre bout de la salle, les participants ont témoigné au contraire d’un sentiment d’insécurité croissant, évoquant notamment la question du harcèlement de rue.


  • 1, 2, 3, partez ! 

“La vie parisienne, une vraie course, une vraie compétition même!” ont affirmé certains. 

Comment l’expliquer ? Un participant nous a parlé des “profils” attirés par la capitale qui y viennent plein d’ambition, pour y faire carrière…


D’autres, ont pointé le décalage entre une densité démographique croissante et une offre de ressources n’évoluant pas à la même cadence : “Entre le côté attractif de Paris et les vagues d’immigration successives, le fait est que la population augmente très très vite. Aujourd’hui il n’y a pas assez de logements pour tout le monde, pas assez de transports disponibles, pas assez d’offre de soins… Le quotidien est dur, infernal”.

En réponse à cela et dans une logique de déconcentration, un participant a suggéré un élargissement du périmètre administratif parisien à l’échelle métropolitaine avec le remplacement de la mairie de Paris par une “mairie Métropolitaine”.


Enfin, c’est la cherté de la ville qui a été regrettée : “la ville se gentrifie partout. Tout augmente. Demain, la ville ne sera agréable à vivre que pour les businessmen et les touristes”.

Pour anticiper ces différents risques, les participants y ont été de leurs propositions : “plafonnement des loyers”, “Préemption des logements de luxe et au-delà”, “Meilleure information sur les services gratuits ou peu coûteux”, “garantir l’accès à une alimentation à bas coût”, “Création d’une médecine sociale de proximité”, etc.


  • Paris, un pour tous et tous pour un ? 

Enfin, c’est la question du lien social et de notre capacité à vivre ensemble, de façon inclusive qui a été interrogée. Les participants ont en effet fait le constat d’une ville où l’on croise “une foule d’individus, mais vivant souvent dans la solitude”. Une participante a surenchéri en déclarant “Paris, c’est une ville de célibataires!”.

C’est également notre difficulté à faire communauté qui a été pointée : “on n’a plus vraiment de vie de quartier”, “comme la vie est difficile, on a tendance à se trouver des gens qui nous ressemblent et à en faire une tribu dont on ne sort pas”.

Face à ce constat, plusieurs leviers ont été proposés : “il faudrait recréer du lien à l’échelle microlocale, directement au niveau de l’immeuble”.

Ou encore : “Créons des jardins partagés intergénérationnels, sociaux, culturels, etc.”


Mais mieux vivre ensemble, c’est aussi finalement y consacrer du temps. Dans cette logique, les participants ont proposé de renforcer la présence des espaces de nature, les lieux “forum”, de “flânerie”. Une aspiration d’autant plus forte qu’elle permettrait de répondre aux enjeux liés à la pollution et à la santé environnementale qui, selon tous les participants sévère aujourd’hui très alarmante.


Les prochains " J'irai débattre près de chez vous"

Dimanche 17 mars 10h30 (Lavoir moderne parisien, 5 rue Léon 18e)

Samedi 23 mars 15h (Centre social Pouchet, 5 Boulevard le Bois le Prêtre 17e)e))

Jeudi 4 avril 20h (Moulin à café, 8 rue Sainte-Léonie 14e)

Samedi 20 avril, 15h (Café Zoïde, 92bis Quai de Loire 19e)



 

Retrouvez le teaser !



Comments


bottom of page